DÉLÉGATION FRANÇAISE AU SEIN DU GROUPE ADLE
Jean Arthuis
Jean
ARTHUIS
Jean-Marie Cavada
Jean-Marie
CAVADA
Thierry Cornillet
Thierry
CORNILLET
Nathalie Griesbeck
Nathalie
GRIESBECK
Patricia Lalonde
Patricia
LALONDE
Dominique Riquet
Dominique
RIQUET
Robert Rochefort
Robert
ROCHEFORT

Victoire de la création face aux Gafa


26/03/2019
Logo de l'ADLE

Le Parlement européen en adoptant aujourd’hui la directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique (348 voix pour, 274 voix contre et 36 abstentions) a parfaitement compris la gravité de la situation en saisissant la chance unique qui lui était offerte de préserver pour les années à venir les auteurs, les créateurs, les interprètes, les éditeurs de presse et les journalistes.

 

« Il fallait que cette question soit tranchée en faveur de la protection des contenus qui illustrent si bien à travers l’histoire de nos pays, nos aspirations à l’originalité et à la vivacité de nos cultures et à la préservation de l’activité journalistique qui, dans sa diversité, est le socle de nos démocraties européennes » a indiqué Jean-Marie CAVADA, très impliqué depuis plus de deux ans et demi dans la rédaction de ce texte.

Pourtant, cette directive n’est qu’un premier pas. Les institutions européennes vont devoir faire preuve de courage dans la prochaine mandature car il faudra régler trois questions :
-  Améliorer encore le pouvoir créatif des producteurs culturels et de presse européens ;
- Imposer le statut d’éditeur, avec ces responsabilités morales et juridiques pour tous les agrégateurs de plateformes commerciales, et nettoyer ainsi tous les contenus qu’ils véhiculent et qui sont hors la loi ;
- Cesser de reculer devant l’évidence d’une nécessité d’imposition des GAFA et de leurs homologues chinois, pays par pays, dans l’Union Européenne.

 

Jean-Marie CAVADA, Vice-Président de la commission des Affaires Juridiques : « D’une façon générale, l’Europe se trouve au pied d’un mur si elle veut respecter ses valeurs : il lui faudra engager un nouveau combat pour tracer une frontière entre la puissance multinationale des grands groupes du numérique étrangers à l’Europe, et le respect des libertés individuelles ou collectives dont ces entreprises n’ont que faire pour l’instant. Pour ma part, de l’extérieur des institutions européennes, je poursuivrai ce combat en rassemblant tous ceux qui partagent ces idées puisque comme je l’avais promis, je quitterai en mai ce Parlement à l’issue de mon troisième mandat. »