DÉLÉGATION FRANÇAISE AU SEIN DU GROUPE ADLE
Jean Arthuis
Jean
ARTHUIS
Jean-Marie Cavada
Jean-Marie
CAVADA
Thierry Cornillet
Thierry
CORNILLET
Nathalie Griesbeck
Nathalie
GRIESBECK
Patricia Lalonde
Patricia
LALONDE
Dominique Riquet
Dominique
RIQUET
Robert Rochefort
Robert
ROCHEFORT

Brexit : l’accord de retrait est une précondition aux négociations sur le futur de la relation entre l’UE et le Royaume-Uni


03/10/2017
Logo de l'ADLE


Mardi 3 octobre 2017, les députés au Parlement européen ont voté, à une large majorité, en faveur d’une résolution sur l’état d’avancement des négociations avec le Royaume-Uni.


Les députés français du groupe Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe (ADLE) saluent l’adoption d’un texte qui insiste sur la nécessité de solder la première phase des négociations avant d’ouvrir les discussions sur le cadre des futures relations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni ainsi que sur une possible période de transition.


Constatant que l’avancement des négociations sur les trois enjeux clefs de l’accord de retrait (les droits des citoyens, le règlement des engagements financiers du Royaume-Uni et la frontière entre le Royaume-Uni et la frontière entre Irlande et Irlande du nord) n’est pas satisfaisant, le Parlement européen demande au Conseil de reporter l’ouverture de la deuxième phase de négociations.


Les négociations doivent entendre la position du Parlement européen, qui sera amené à valider l’accord final avant que celui-ci ne puisse entrer en vigueur.


Dominique Riquet, Président de la délégation : « Le manque d’avancées concrètes semble davantage être le fait d’un désordre à l’intérieur du personnel politique du Royaume-Uni que celui d’une volonté délibérée. En attendant, l’horloge tourne et les progrès sont maigres ! »