DÉLÉGATION FRANÇAISE AU SEIN DU GROUPE ADLE
Jean Arthuis
Jean
ARTHUIS
Jean-Marie Cavada
Jean-Marie
CAVADA
Thierry Cornillet
Thierry
CORNILLET
Nathalie Griesbeck
Nathalie
GRIESBECK
Patricia Lalonde
Patricia
LALONDE
Dominique Riquet
Dominique
RIQUET
Robert Rochefort
Robert
ROCHEFORT

Assassinat du journaliste d'investigation Jan Kuciak : pour que ce meurtre soit le dernier !


18/04/2018
Logo de l'ADLE


Jeudi 18 avril, à Strasbourg, les députés européens ont condamné avec force l’assassinat du journaliste slovaque, Ján Kuciak, qui a eu lieu à peine quatre mois après celui de Daphne Caruana Galizia. Tous deux étaient des journalistes spécialisés dans les cas de fraude fiscale.


À travers cette résolution adoptée à la quasi-unanimité, le Parlement européen redit la nécessité de mettre tous les moyens en œuvre pour que ces assassinats fassent l’objet d’une enquête complète et indépendante. Plus généralement, les députés rappellent l’importance capitale du rôle des journalistes d’investigation, gardiens vigilants de la démocratie, ainsi que des lanceurs d’alerte. En outre, le Parlement invite la Commission et le Conseil à agir contre la corruption, notamment via la mise en place du Parquet européen, dont l’objectif est de promouvoir une action coordonnée dans l’Union pour lutter contre la fraude.


Pour la délégation française ADLE, cette remise en cause de la liberté de presse, dans sa forme la plus grave, est intolérable, comme le rappelle Nathalie GRIESBECK, coordinatrice ADLE de la commission Libertés civiles, justice et affaires intérieures : « Tout acte qui touche à la liberté d’expression, remet en cause l’État de droit et la démocratie ! Nous condamnons ces violences, mais nous devons également agir concrètement pour la protection des journalistes et contre la fraude et la corruption ! "


Député européen, vice-président de la commission des affaires juridiques, coordinateur ADLE, et ancien président de Radio France, Jean Marie CAVADA s’est également exprimé : « La liberté de la presse est aussi la liberté des citoyens. Si la presse ne peut pas s’appuyer sur la liberté d’expression, le monde risque de se fractionner. Cet acte inacceptable démontre jusqu’où certains sont prêts à aller pour faire taire la vérité et museler la presse. Il ne faut faire aucune concession. »