DÉLÉGATION FRANÇAISE AU SEIN DU GROUPE ADLE
Jean Arthuis
Jean
ARTHUIS
Jean-Marie Cavada
Jean-Marie
CAVADA
Thierry Cornillet
Thierry
CORNILLET
Nathalie Griesbeck
Nathalie
GRIESBECK
Patricia Lalonde
Patricia
LALONDE
Dominique Riquet
Dominique
RIQUET
Robert Rochefort
Robert
ROCHEFORT

EDIDP : PRÉMISSES D'UNE EUROPE DE LA DÉFENSE


03/07/2018
Logo de l'ADLE

La coopération industrielle européenne s’est toujours révélée être un franc succès lorsque celle-ci est mise en place efficacement. Ainsi, la délégation française se réjouit de l’adoption à une large majorité (478 voix pour, 179 voix contre, 23 abstentions) en session plénière du programme européen de développement industriel dans le domaine de la défense.

Ce programme permet la création d’un fonds doté de 500 millions d’euros sur la période 2019-2020, mis à disposition pour la coopération entre au minimum trois entreprises, quelle que soit leur taille et leur forme, établies dans au moins trois États membres pour le développement, le prototypage, la conception, la certification, la qualification ou les essais de nouveaux produits ou technologies de défense.

En renforçant la coopération industrielle de défense, ce fonds européen permettra d’éviter les doublons en matière de recherche et de développement, ainsi que de réaliser des économies d’échelles conséquentes au niveau européen. 

Nous regrettons cependant la dérogation accordée aux entreprises non-européennes établies dans l’Union qui pourront bénéficier de ce fonds sous des conditions strictes. Cette ouverture pourrait limiter les effets bénéfiques pour les entreprises européennes. La délégation française reste néanmoins convaincue de la portée de ce fonds, qui servira de base pour le Fonds européen de la défense sous le prochain Cadre Financier Pluriannuel. 

Dominique Riquet, rapporteur fictif sur ce texte pour l’ADLE : « La base de notre délibération est industrielle et nous espérons que cette petite graine industrielle va nous donner l’arbre d’une véritable politique européenne de défense ».

Force est de constater qu’aujourd’hui il n’y a pas de véritable puissance internationale sans complexe militaro-industriel qui prospère grâce aux transferts du militaire vers le civil. Le programme européen de développement industriel dans le domaine de la défense est en ce sens un premier pas prometteur vers l’établissement d’une véritable défense européenne capable de faire économiser à terme plus de 100 milliards à l’Union européenne et d’assurer pleinement son autonomie stratégique et sa sécurité.